+ 884-719-8129
vkling@runolfsson.com

Covid-19. Les masques à l’école sont-ils utiles ? newsletter

Le gouvernement l’a annoncé mercredi 22 septembre à l’issue du Conseil des ministres. À partir du 4 octobre, et dans les départements où le taux d’incidence se stabilise au-dessous du seuil de 50 pour 100 000 habitants, « le protocole sanitaire passera au niveau 1, ce qui signifie essentiellement que l’obligation du port du masque à l’école primaire sera levée ».Une décision qui fait débat et qui suscité de nombreuses réactions de scientifiques qui craignent une reprise de l’épidémie de Covid-19.

Qu’en disent les dernières études menées sur le sujet ? Aux États-Unis, où la rentrée s’est étalée entre mi-juillet et mi-août selon les États, les résultats de deux nouvelles recherches sur la question ont justement été publiés hier soir, vendredi 24 septembre, par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et relayées par leParisien .

Plus de risques de clusters

La première qui a étudié la situation dans un millier d’écoles de deux comtés de l’Arizona, révèle que celles n’exigeant pas le port du masque sont 3,5 fois plus susceptibles de créer un cluster. Pour en arriver à ce résultat, les chercheurs ont divisé les établissements en trois groupes : ceux où la protection faciale a été imposée dès la rentrée aux élèves et aux personnels (210 au total), ceux qui l’ont décidé plus tardivement (309 écoles) et ceux où le masque n’était pas obligatoire (480 écoles).

Pour arriver à cette probabilité, ils ont comptabilisé dans chacune des situations le nombre de départ d’épidémie en milieu scolaire. Ainsi sur les 191 clusters ou débuts de clusters relevés (à partir de deux cas de contaminations), ils en ont dénombré 16 dans les établissements imposant le masque depuis la rentrée, 62 dans celles qui l’ont adopté plus tard, et 113 qui n’ont jamais imposé cette mesure.

Des taux d’incidence plus forts sans masque

Covid-19. Les masques à l’école sont-ils utiles ? newsletter

La seconde étude s’est, elle, penchée sur le taux d’incidence en fonction des mesures prises dans les écoles, au cours des deux semaines suivant la rentrée des classes. Là encore, les résultats plaident en faveur du port du masque. Cette recherche portait cette fois sur 520 comtés américains où les mêmes règles s’imposaient et non sur les écoles.

Les auteurs ont voulu ainsi vérifier si le taux d’incidence chez les élèves variait en fonction de l’obligation (ou non) du port du masque à l’école. Bilan : le nombre de cas de covid-19 chez les enfants a augmenté partout après la rentrée des classes mais plus encore dans les comtés où les masques n’étaient pas obligatoires : près de 35 cas pour 100 000 habitants contre 16 pour 100 000 dans les comtés où les enfants étaient masqués. Pour arriver à ces taux, les scientifiques ont ajusté leurs données en tenant compte de plusieurs autres facteurs dans les différents comtés : âges des enfants, densités de population ou encore le taux de vaccination ou les données sociales sur la population (pourcentage d’assurés, etc.).

Des résultats à prendre avec précaution

Si elles confortent les arguments des agences sanitaires américaines en faveur du maintien du masque en milieu scolaire, ces deux études américaines ne sont pas véritablement transposables au cas français. Pour plusieurs raisons. D’une part, parce qu’elles portent sur les écoles américaines au sens large (« schools »). Elles incluent les établissements jusqu’au grade 12 du système éducatif américain, soit les écoles primaires mais aussi les collèges et lycées.

Or en France, la décision de la levée du port du masque ne concerne pour l’heure que les écoles primaires. Pour rappel, le masque est actuellement obligatoire à partir du CP dans les écoles primaires, soit à partir de l’âge de 6 ans. Et en juin dernier, la mesure avait déjà été assouplie, permettant aux enfants de retirer le masque en extérieur, dans la cour de récréation.

La seconde étude présente aussi plusieurs limites, indiquent les chercheurs. Pour eux, l’absence d’obligation du port du masque ne peut pas être considérée comme la seule cause de la reprise épidémique dans certains établissements. Même si, les auteurs de l’étude ont soumis leurs résultats à plusieurs autres variables, ils n’ont par exemple pas tenu compte du taux de vaccination des enseignants. D’autre part, dans certains comtés, les échantillons étaient trop petits pour en faire une généralité.

Moins de classes fermées

Enfin, la reprise épidémique américaine en milieu scolaire peut difficilement être un cas d’école pour la France, car dans notre pays, la rentrée n’a jusqu’ici pas rimé avec flambée des cas de Covid-19 comme certains spécialistes le craignaient à la rentrée. Selon le ministère de l’éducation, le nombre de classes fermées en raison de l’épidémie est même en net recul. Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé que 2 366 classes étaient fermées jeudi 23 septembre, soit près de 1 000 classes en moins par rapport à la semaine dernière.

Partager cet article Covid-19. Les masques à l’école sont-ils utiles ?Ouest-France.fr

Articles Liés

  • Comment obtenir des masques N95 gratuits du gouvernement américain

    Comment obtenir des masques N95 gratuits du gouvernement américain

    GO

  • Coaching beauté : puis-je mettre de l’huile si j’ai une peau grasse ?

    Coaching beauté : puis-je mettre de l’huile si j’ai une peau grasse ?

    GO

  • Codeco du 3 décembre 2021: les nouvelles mesures ciblent l’école, le masque, les événements, mais pas l’horeca

    Codeco du 3 décembre 2021: les nouvelles mesures ciblent l’école, le masque, les événements, mais pas l’horeca

    GO

  • Coup de soleil : comment rattraper les dégâts ? - Madmoizelle

    Coup de soleil : comment rattraper les dégâts ? - Madmoizelle

    GO