+ 884-719-8129
vkling@runolfsson.com

Jeffrey Epstein a versé 500 000 $ à une accusatrice - Rolling Stone

En 2009, Jeffrey Epstein a passé un accord avec Virginia Giuffre pour acheter son silence. Aujourd’hui, le prince Andrew affirme que l’accord le protège d’éventuelles poursuites.

L’accord secret conclu entre Jeffrey Epstein et l’accusatrice Virginia Giuffre a été rendu public lundi à New York. Le prince Andrew affirme que l’accord de 2009 le met à l’abri du procès intenté par Virginia Giuffre, qui affirme qu’il l’a agressée sexuellement lorsqu’elle avait 17 ans.

Le pacte privé révèle qu’Epstein a versé 500 000 dollars à Giuffre pour mettre fin à ses accusations d’agression sexuelles lorsqu’elle était adolescente. Le procès initial qu’elle a intenté contre Epstein, sous le nom de Jane Doe n° 102 en mai 2009, comprenait des allégations selon lesquelles Epstein avait commencé à abuser d’elle sexuellement à l’âge de 15 ans, l’avait contrainte à se prostituer alors qu’elle était mineure et l’avait vendue à ses pairs, « y compris à des membres de la famille royale« .

Les avocats du Prince Andrew ont insisté pour que les documents soient dévoilés lundi afin d’étayer leurs affirmations selon lesquelles l’accord comprenait une décharge interdisant à Giuffre de poursuivre le Duc d’York. À l’époque, les parties ont convenu que l’accord « libère à jamais » Epstein et ses agents, ainsi que tout autre « accusé potentiel » dans cette affaire, de toute poursuite future. Mais les avocats de Giuffre affirment que la décharge ne protège pas le Prince Andrew, poursuivi pour agression sexuelle et coups et blessures devant le tribunal fédéral de Manhattan, parce que les revendications du procès de 2009 concernaient les accusés impliqués dans son trafic présumé, et non les « pairs masculins » auxquels elle a été vendue. Ses avocats font également valoir que le tribunal fédéral de Floride, où l’accord de règlement Epstein-Giuffre a été conclu, n’aurait pas reconnu avoir de compétence juridique sur le Prince Andrew, car Giuffre n’avait pas accusé le duc d’York d’avoir abusé d’elle dans cet État et qu’il n’y vivait pas.

« Contrairement à New York ou aux îles Vierges américaines, il n’y a pas d’allégation selon laquelle le prince Andrew aurait abusé de Mme Giuffre en Floride« , ont écrit ses avocats dans un document déposé le 29 novembre pour s’opposer aux tentatives du Prince Andrew de rejeter l’affaire.

Jeffrey Epstein a versé 500 000 $ à une accusatrice - Rolling Stone

« À première vue, l’accord interdit toute réclamation de Mme Giuffre à son encontre« , ont répondu les avocats du Prince Andrew dans un document déposé au tribunal le 13 décembre. « L’accord de décharge, par ses termes clairs, incarne l’intention des parties de bénéficier directement et substantiellement à une catégorie de personnes dont le Prince Andrew est membre« .

Auparavant connue sous le nom de Virginia Roberts, Giuffre a intenté un procès au Prince Andrew en août, affirmant que le troisième enfant de la reine Elizabeth II l’avait forcée à se livrer à des actes sexuels à New York, à Londres et dans les îles Vierges américaines, alors qu’elle était mineure. Virginia Giuffre, 38 ans, affirme qu’adolescente, elle travaillait dans un spa du club Mar-a-Lago de Donald Trump lorsqu’elle a été attirée dans la toile de Jeffrey Epstein par Ghislaine Maxwell, condamnée le 29 décembre pour avoir recruté et préparé des victimes pour Epstein. Selon Giuffre, le Prince Andrew l’a agressée dans la demeure d’Epstein à Manhattan lorsqu’elle avait 17 ans, l’a violée au domicile de Maxwell à Londres et l’a forcée à avoir des relations sexuelles non désirées sur l’île privée d’Epstein connue sous le nom de Little St.

Un autre élément pourrait peser lourd : un courriel que le Prince Andrew aurait envoyé à Maxwell peu après que Giuffre ait rendu publiques ses premières plaintes contre lui en décembre 2014. « Fais-moi savoir quand nous pourrons parler. J’ai quelques questions spécifiques à te poser sur Virginia Roberts« , aurait écrit le prince à Maxwell, selon les documents judiciaires de Giuffre. « Le Prince Andrew n’a pas exprimé de surprise et n’a pas demandé à Maxwell qui était la femme qui l’accusait d’abus sexuel« , affirment les avocats de Giuffre.

Nancy Dillon

Traduit par la rédaction

Articles Liés

  • Allylikes Spring Wear Complementary Ideas to look Fashion

    Allylikes Spring Wear Complementary Ideas to look Fashion

    GO

  • Comment appliquer un blush pour changer son visage

    Comment appliquer un blush pour changer son visage

    GO

  • Stylo Bic, verre Duralex, couteau Laguiole... trente objets rêvés, conçus et fabriqués en France

    Stylo Bic, verre Duralex, couteau Laguiole... trente objets rêvés, conçus et fabriqués en France

    GO

  • 6 marques de maquillage dispo en exclusivité en Belgique

    6 marques de maquillage dispo en exclusivité en Belgique

    GO