+ 884-719-8129
vkling@runolfsson.com

Orne. Cécile refuse de se faire vacciner, quitte à être verbalisée

Elle ne veut ni témoigner à visage découvert, ni révéler sa véritable profession. Dans sa lutte contre la vaccination obligatoire des soignants, Cécile (1) a décidé de se protéger. Des aiguilles comme des remarques acerbes qu’elle a déjà pu entendre. « On m’a qualifiée d’égoïste, le sujet crée forcément des divisions. Même au sein de ma propre famille où la moitié de mes enfants est vaccinée. L’autre non. »

La sexagénaire exerce une profession paramédicale et fait partie de la grosse poignée de soignants de l’Orne qui refuse de se faire vacciner. « Je ne suis ni une anti-vax, ni une complotiste. Je ne nie pas l’existence du Covid mais je regarde deux choses : les chiffres et le vaccin. 115 000 morts du Covid en France, c’est 0,17 % de la population. N’y a-t-il pas d’autre urgence ? »

Cécile pointe aussi du doigt la campagne vaccinale. « Pour moi, ce n’est pas un vrai vaccin qui est proposé. C’est une substance génique qui nous est injectée. Et puis, j’estime que ce n’est pas à un gouvernement de décider qu’une population doit se vacciner et d’édicter les trois seules contre-indications qui existent. C’est un acte médical, pas politique. Où est passé le secret médical ? Aujourd’hui, on a à peine dit bonjour à quelqu’un qu’il nous demande si on est vacciné. Est-ce qu’on demande aux femmes qu’on croise de quand date leur dernier frottis vaginal ? »

« Je respecte les gestes barrière »

Dans son cabinet d’une commune ornaise, Cécile porte le masque quand elle est avec ses patients ou dans des lieux qui l’exigent mais le retire immédiatement après. « Je respecte les gestes barrière, je me lave les mains. » Et a décidé que le vaccin ne passerait pas par elle. Quoi qu’il lui en coûte.

Orne. Cécile refuse de se faire vacciner, quitte à être verbalisée

« Je sais qu’à partir d’aujourd’hui (15 septembre), je risque une amende pour exercer ma profession sans avoir entamé de schéma vaccinal. » Si elle était contrôlée, Cécile pourrait être verbalisée. « C’est 135 € d’amende. Deux fois. La troisième fois, je risque 3 890 € d’amende et six mois de prison. Voilà comment l’État vous fait comprendre que vous êtes un délinquant alors que je fais partie de ceux qui travaillent pour aider les gens. »

Selon Cécile, une cinquantaine de soignants serait dans son cas, dans l’Orne. « Certains ont quitté leurs postes dans les cris, la douleur et les pleurs. » Ensemble, ils restent soudés et échangent régulièrement. « Il y a tellement d’incohérence dans les injonctions gouvernementales. Un psychologue en crèche peut ne pas être vacciné, un psychologue en cabinet ou en institution, non. Un ostéopathe ne peut plus continuer à exercer, un naturopathe, si. Si l’on pousse le raisonnement jusqu’au bout, la tentation pourrait être de changer de plaque professionnelle. Mais là, c’est une interdiction d’exercer que l’on risque. Personnellement, je n’irai pas jusque-là. »

Cécile est prête à assumer deux amendes, mais pas davantage. « Après, j’arrêterai, je fermerai mon cabinet. Je préfère ça. Au moins, je me respecte, je reste libre. Se faire vacciner doit rester un choix personnel. »

(1) Prénom d’emprunt.

Partager cet article Orne. Cécile refuse de se faire vacciner, quitte à être verbaliséeOuest-France.fr

Articles Liés

  • Coaching beauté : puis-je mettre de l’huile si j’ai une peau grasse ?

    Coaching beauté : puis-je mettre de l’huile si j’ai une peau grasse ?

    GO

  • Coup de soleil : comment rattraper les dégâts ? - Madmoizelle

    Coup de soleil : comment rattraper les dégâts ? - Madmoizelle

    GO

  • Codeco du 3 décembre 2021: les nouvelles mesures ciblent l’école, le masque, les événements, mais pas l’horeca

    Codeco du 3 décembre 2021: les nouvelles mesures ciblent l’école, le masque, les événements, mais pas l’horeca

    GO

  • Comment obtenir des masques N95 gratuits du gouvernement américain

    Comment obtenir des masques N95 gratuits du gouvernement américain

    GO