+ 884-719-8129
vkling@runolfsson.com

Le nouveau Gouvernement allemand demande une interdiction européenne de la surveillance de masse biométrique, 83 % des Européens seraient opposés au partage des données de leur visage

Selon une enquête de l'Agence des droits fondamentaux, 83 % des Européens sont opposés au partage des données de leur visage avec les autorités et 94 % à leur partage avec des entités privées. Cependant, on assiste aujourd’hui à une prolifération de l’adoption de la surveillance de masse biométrique par les gouvernants de certains pays y compris les pays de l'Union européenne. Le 24 novembre, le nouveau gouvernement allemand a demandé une interdiction européenne de la surveillance de masse biométrique.Notons que la biométrie est la science qui porte sur l'analyse des caractéristiques physiques ou comportementales propres à chaque individu. Par surveillance biométrique de masse, il faut entendre la reconnaissance faciale, mais encore l’analyse des émotions et des comportements par la vidéosurveillance, les prédictions automatisées en raison de caractéristiques physiques, l’analyse automatisée biométrique de nos profils sur les réseaux sociaux, l’analyse automatique de nos voix et de nos comportements.Une surveillance de masse biométrique utilise des technologies numériques automatiques par intelligence artificielle pour la reconnaissance de caractéristiques physiques ou comportementales des personnes présentes dans les lieux publics, à des fins d'identification ou de prévention des risques. La biométrie signifie de façon simplifiée la « mesure du corps humain ».En vertu de la législation européenne sur la protection des données, les données biométriques sont particulièrement sensibles et leur traitement est interdit, sauf en cas « d'intérêt public substantiel », sous réserve de conditions strictes de nécessité et de proportionnalité. Selon un rapport, un nombre croissant de pays suivent la Chine en déployant l'intelligence artificielle pour suivre les citoyens, selon un rapport d'un groupe de recherche publié mardi. Selon la Fondation Carnegie pour la paix internationale (une organisation non gouvernementale ainsi qu'un cercle de réflexion et d'influence global dédiée au développement de la coopération interétatique et à la promotion des intérêts des États-Unis sur la scène internationale), au moins 75 pays utilisent activement des outils d'IA tels que la reconnaissance faciale pour la surveillance. L'indice des pays où une forme de surveillance de l'IA est utilisée inclut les démocraties libérales telles que les États-Unis et la France, ainsi que des régimes plus autocratiques.« La technologie de l'intelligence artificielle (IA) prolifère rapidement dans le monde entier. Des développements surprenants continuent d’émerger, du début des vidéos deepfake qui brouillent la frontière entre vérité et mensonge, aux algorithmes avancés qui peuvent battre les meilleurs joueurs du monde. Les entreprises exploitent les capacités de l'intelligence artificielle pour améliorer le traitement analytique. Les responsables municipaux font appel à l'IA pour surveiller les embouteillages et surveiller les compteurs d'énergie intelligents. Pourtant, un nombre croissant d'États déploient des outils avancés de surveillance s'appuyant sur l'IA pour contrôler, surveiller et pister les citoyens afin de réaliser divers objectifs politiques (dont certains sont légaux, d'autres violent les droits de l'homme et beaucoup d'entre eux se situant dans un terrain glissant) », indique le rapport.Selon un groupe pour d’initiative de la société civile pour l'interdiction des pratiques de surveillance de masse biométrique, il est prouvé que les utilisations de la surveillance biométrique de masse dans les États membres de l’UE et par les agences de l'UE ont entraîné des violations de la législation européenne sur la protection des données, et ont indûment restreint les droits des personnes, notamment leur vie privée, leur droit à la liberté d'expression, leur droit de protester et de ne pas être discriminées.La coalition gouvernementale allemande, qui vient de se mettre d'accord, a demandé l'interdiction à l'échelle européenne de la reconnaissance faciale publique et d'autres formes de surveillance biométrique. Cela fait écho aux demandes centrales de la campagne Reclaim Your Face qu'EDRi codirige depuis 2020, à travers laquelle plus de 65 groupes de la société civile demandent à l'UE et à leurs gouvernements nationaux d'interdire la surveillance de masse des données biométriques.Le nouveau gouvernement allemand a annoncé son accord de coalition très attendu, y compris les engagements les plus forts vus jusqu'à présent en Europe pour « exclure ... la reconnaissance biométrique en public ». Ils ont également appelé à rejeter la vidéosurveillance complète et l'utilisation d'enregistrements biométriques à des fins de surveillance.« C'est un grand succès pour la campagne Reclaim Your Face que notre demande d'une Europe sans surveillance biométrique ait été incluse dans l'accord de coalition du gouvernement allemand. Mais cela ne suffit pas, a déclaré Matthias Marx, porte-parole du Chaos Computer Club. Les mots doivent être soutenus par des actions maintenant et liés par la loi ».Depuis 2020, la coalition Reclaim Your Face fait activement pression sur les décideurs en mettant au jour la surveillance, en publiant des rapports de recherche et en mobilisant les gens pour une société exempte de technologies nuisibles telles que la reconnaissance faciale dans les espaces accessibles au public. Le collectif Reclaim your Face est composé de plusieurs associations de défense des libertés et est mené par l’organisation européenne EDRi (collectif d’ONG, d’experts, de défenseurs et d’universitaires travaillant à défendre et à faire progresser les droits numériques en Europe). La campagne de Reclaim your Face prend la forme d’une « initiative citoyenne européenne », c’est-à-dire une pétition institutionnelle visant à recueillir un million de signatures au sein de plusieurs pays de l’Union européenne pour demander à la Commission d’interdire les pratiques de surveillance biométrique de masse. Cette mobilisation répond au risque d’une surveillance permanente et invisible de l’espace public, présumant chaque personne comme potentiellement suspecte et réduisant nos corps à une fonction de traceurs constants alors responsable de la disparition de l’anonymat dans l’espace public.Le mouvement dirigé par les membres d'EDRi Chaos Computer Club (CCC), Digitale Gesellschaft et Digitalcourage, a été particulièrement actif, comptant plus de 16 organisations. Elles ont organisé plus de 14 événements et participé à des cascades sur les réseaux sociaux, à des tempêtes sur Twitter, ainsi qu'à des manifestations pacifiques hors ligne. Près de 30 000 citoyens allemands ont signé l'initiative citoyenne européenne de la campagne, ce qui prouve que les actions menées par les citoyens peuvent créer des changements significatifs.Selon le porte-parole du Chaos Computer Club, Matthias Marx, c'est une grande réussite pour le mouvement Reclaim Your Face que la demande d'une Europe sans surveillance biométrique ait été incluse dans l'accord de coalition du gouvernement allemand. « Mais cela ne suffit pas’, a-t-il déclaré. Les mots doivent être soutenus par des actions maintenant et liés par la loi ».Il est important de noter que cette nouvelle déclaration intervient une semaine avant que le Conseil de l'Union européenne (le groupe des ministres et des ambassadeurs des États membres de l'UE) ne définisse sa première position sur la future loi européenne sur l'intelligence artificielle. L'identification biométrique à distance, la catégorisation biométrique discriminatoire et la reconnaissance des émotions ont été des sujets brûlants dans les négociations.« Il s'agit d'une étape importante pour les objectifs de notre campagne visant à protéger les droits et libertés des personnes. Compte tenu de la forte opposition à la numérisation de nos visages et de nos corps, nous attendons des gouvernements qu'ils rejettent les pratiques de surveillance biométrique de masse qui traitent chaque personne comme un criminel potentiel, envahissent notre vie privée à grande échelle et amplifient la discrimination », a souligné Konstantin Macher de digitalcourage.La déclaration de la coalition gouvernementale allemande a une portée européenne car elle exige la fin de la surveillance biométrique de masse non seulement des personnes et des communautés en Allemagne, mais plus largement « en vertu du droit européen ». L'annonce apporte un soutien supplémentaire aux acteurs européens qui demandent une interdiction totale en Europe, notamment le Conseil européen de la protection des données et le contrôleur européen, le Parlement européen et les gouvernements de plusieurs pays de l'UE.Même si certains estiment que la reconnaissance faciale en soi n’est pas aussi dangereuse comme on pourrait le croire, le mouvement Reclaim Your Face pense et déclare que « la reconnaissance faciale peut être et sera utilisée contre chacun d'entre nous par les gouvernements et les entreprises sur la base de ce que nous sommes et de ce à quoi nous ressemblons ».« Je ne m'inquiète pas trop des entreprises qui utilisent la vidéosurveillance, car elle est bien gérée et est effacée sans être vue, à moins que quelque chose ne se produise, déclare un Internaute. Je ne crains pas non plus que la police utilise ces images de vidéosurveillance pour enquêter sur un crime. Le nombre de fois où je vois des gens poster des photos de lieux publics sur Facebook est choquant... C'est l'automatisation qui m'inquiète. »« Ce qui m'inquiète le plus, c'est quand des choses comme la reconnaissance d'images entrent en jeu. Une société ne peut pas me surveiller en payant quelqu'un pour passer au crible les images de vidéosurveillance. Mais elle peut me surveiller en utilisant l'automatisation pour tout traiter », précise l’internaute, citoyens des Royaume-Uni.Le mois dernier, le Parlement européen a voté en faveur d'une interdiction totale de la surveillance biométrique de masse par les forces de l'ordre. Les députés ont déclaré que les législateurs européens devraient interdire de manière permanente la reconnaissance automatisée des personnes dans les espaces publics, affirmant que les citoyens ne devraient être surveillés que lorsqu'ils sont soupçonnés d'un crime. Le Parlement a également appelé à l'interdiction d'utiliser des bases de données privées de reconnaissance faciale comme le système d'IA controversé créé par la startup américaine Clearview (également déjà utilisé par certaines forces de police en Europe) et a déclaré qu'une police prédictive basée sur des données comportementales devrait également être interdite. Les députés souhaitent également interdire les systèmes de notation sociale qui cherchent à évaluer la fiabilité des citoyens en fonction de leur comportement ou de leur personnalité.Source : Reclaim Your FaceEt vous ? Que pensez-vous de cette demande du nouveau gouvernement allemand à l'UE ? Êtes-vous pour ou contre la surveillance de masse biométrie ?Voir aussi : De plus en plus de pays imitent l'exemple chinois en déployant des IA pour pister les citoyens, selon un rapport Le Parlement européen a voté en faveur d'une interdiction totale de la surveillance biométrique de masse par les forces de l'ordre La surveillance du lieu de travail par l'IA est en plein essor et nuit à la santé mentale des travailleurs, des députés britanniques demandent un renforcement de la réglementation pour y palier L'Inde envisage un énorme programme de reconnaissance faciale comparable à celui de la Chine, opportunité lucrative pour les sociétés de surveillance ou cauchemar pour les défenseurs de la vie privée

Le nouveau Gouvernement allemand demande une interdiction européenne de la surveillance de masse biométrique,
83 % des Européens seraient opposés au partage des données de leur visage

Articles Liés

  • Coaching beauté : puis-je mettre de l’huile si j’ai une peau grasse ?

    Coaching beauté : puis-je mettre de l’huile si j’ai une peau grasse ?

    GO

  • Coup de soleil : comment rattraper les dégâts ? - Madmoizelle

    Coup de soleil : comment rattraper les dégâts ? - Madmoizelle

    GO

  • Codeco du 3 décembre 2021: les nouvelles mesures ciblent l’école, le masque, les événements, mais pas l’horeca

    Codeco du 3 décembre 2021: les nouvelles mesures ciblent l’école, le masque, les événements, mais pas l’horeca

    GO

  • Comment obtenir des masques N95 gratuits du gouvernement américain

    Comment obtenir des masques N95 gratuits du gouvernement américain

    GO