+ 884-719-8129
vkling@runolfsson.com

CHIMIOTHÉRAPIE : Des probiotiques pour nettoyer les toxines

Adapter la bioremédiation à la dépollution du microbiote intestinal

Les bonnes bactéries savent prendre soin de la santé intestinale : Ces types spécifiques de bactéries intestinales, testés in vitro ici sous forme de communautés,peuvent protéger d'autres bonnes bactéries qui luttent contre la toxicité de certains traitements du cancer en atténuant les changements nocifs induits par la chimiothérapie dans le microbiome intestinal. En métabolisant les médicaments de chimiothérapie, les bactéries protectrices atténuent les effets secondaires à court et à long terme du traitement sans en modifier l’efficacité.

De nouveaux compléments alimentaires, sous forme de probiotiques notamment, sont ainsi envisageables et déjà envisagés par l’équipe pour améliorer la santé intestinale des patients atteints de cancer. En particulier, chez les patients pédiatriques, les changements microbiologiques liés à la chimiothérapie peuvent induire des complications de santé plus tard dans la vie -dont l'obésité, l'asthme et le diabète -.

Le développement d’une nouvelle stratégie pour protéger l'intestin est donc particulièrement importante pour ces jeunes patients.

CHIMIOTHÉRAPIE : Des probiotiques pour nettoyer les toxines

S’inspirer de la bioremédiation : la bioremédiation utilise des organismes vivants pour dépolluer ou débarrasser des environnements de substances toxiques. Ici, le principe est identique, explique l’auteur principal, Erica Hartmann, chercheur à la Northwestern :« Habituellement, la bioremédiation s'applique aux nappes alluviales mais ici, nous lappliquons cette même technique à l'intestin. Nous savons que certaines bactéries peuvent décomposer les toxines et nous montrons qu’elles peuvent métaboliser les toxines liées aux traitements du cancer et exercer ainsi un effet protecteur pour la communauté microbienne ».

Toute la recherche sur les traitements contre le cancer vise aujourd’hui, au-delà de l’objectif d’efficacité thérapeutique, à réduire les effets secondaires dont font partie les problèmes gastro-intestinaux. Les chimiothérapies, en particulier, peuvent anéantir les « bonnes » bactéries dans l'intestin humain. Les médicaments de chimiothérapie ne font pas la différence entre les cellules cancéreuses et les microbes, cependant certains microbes contribuent à maintenir une bonne santé.

Pouvoir inverser cette perturbation du microbiome intestinal permettra non seulement d’éviter ces effets et leurs complications plus tard dans la vie mais aussi d’améliorer l’observance des chimiothérapies. Ici, par exemple, la bactérie Raoultella planticola, naturellement présente dans l'intestin humain mais en faible abondance, peut décomposer la doxorubicine et protéger l'ensemble du microbiome.

Articles Liés

  • Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    GO

  • Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    GO

  • Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    GO

  • Sophie Fontanel pose nue et reçoit des milliers de « Merci »

    Sophie Fontanel pose nue et reçoit des milliers de « Merci »

    GO