Haute-Garonne : toutes les patientes de la maternité transférées du fait de la grève de sages-femmes à la Clinique de L'Union

La situation s’est tendue en quelques heures à la maternité de la Clinique de L’Union, à Saint-Jean, au nord de Toulouse. Depuis samedi matin, une seule des douze sages-femmes assurerait le service.

Toutes les autres ont utilisé leur droit de grève sans toutefois avoir déposé de préavis. C’est en tout cas ce qu’indiquent la direction de l’établissement et l’Agence Régionale de Santé qui ont jugé important de tirer la sonnette d’alarme face à une situation jugée « urgente et compliquée ».

L’établissement du Groupe Capio, selon son directeur « a dû transférer des mamans dans l’urgence. Six avec leur bébé et quatre grossesses sous surveillance ont rejoint des établissements toulousains ». Pour Fabrice Derbias, « cette situation ne s’est jamais vue avant. Ce mouvement est brutal. Les mamans qui souhaiteraient venir à la clinique ne peuvent plus. Elles doivent faire le 15 ».

Haute-Garonne : toutes les patientes de la maternité transférées du fait de la grève de sages-femmes à la Clinique de L'Union

Face à ce mouvement rapide, le syndicat Sud Santé Sociaux a fini par déposer un préavis de grève pour "accompagner les sages-femmes dans leur revendication". Ces professionnelles, pour la plupart des passionnées, réclament « une revalorisation des salaires de base avec un alignement sur ceux du public, une prime de bloc pérenne supérieure à celles des infirmières, une prime de garde de jour et de nuit, la création de postes en CDI ».

Articles Liés

  • Eudémonisme : tout savoir sur cette philosophie du bonheur

    Eudémonisme : tout savoir sur cette philosophie du bonheur

    GO

  • Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    GO

  • Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    GO

  • Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    GO