INSPQ INSPQ Centre d'expertise et de référence en santé publique Une dose de rappel recommandée pour certains groupes

Dans le premier avis, le CIQ évalue la pertinence d’offrir une dose de rappel aux personnes les plus âgées qui vivent dans la communauté, à l’instar des aînés vivant dans des milieux de vie collectifs (ex. : CHSLD et résidences privées pour aînés) pour qui une recommandation en ce sens a été émise le 28 septembre dernier.

Le second avis a pour objectif de décrire les données concernant l’efficacité des vaccins à vecteur viral (AstraZeneca/Covishield – Vaxzevria ou Johnson & Johnson) et à ARN messager (Pfizer – Comirnaty et Moderna – Spikevax) contre le variant delta du SRAS-CoV-2 et d’évaluer la pertinence d’offrir une dose de vaccin à ARN messager aux personnes ayant reçu uniquement des vaccins à vecteur viral contre la COVID-19.

Recommandations pour les personnes âgées

INSPQ INSPQ Centre d'expertise et de référence en santé publique Une dose de rappel recommandée pour certains groupes

Les personnes de 80 ans et plus répondent généralement moins bien aux vaccins que les jeunes adultes à cause du phénomène d’immunosénescence, une altération progressive du système immunitaire liée à l'âge. Sachant que ce groupe de personnes est le plus vulnérable face à la COVID-19, le CIQ recommande de leur offrir une dose de rappel avec un vaccin à ARN messager minimalement 6 mois après la dernière dose reçue.

Le CIQ considère aussi acceptable que les personnes de 70 à 79 ans se prévalent de cette possibilité, mais le bénéfice d’une dose de rappel apparait moins évident à l’heure actuelle, puisque l’efficacité vaccinale est de 85 % contre les infections et de 94 % contre les hospitalisations pour ce groupe.

Recommandation pour les vaccins à vecteur viral

Le CIQ recommande que les personnes qui ont reçu uniquement le vaccin AstraZeneca ou Johnson & Johnson pour la série primaire (deux doses pour le vaccin d’AstraZeneca ou une dose pour celui de Johnson & Johnson) se voient offrir une dose de rappel de Pfizer ou Moderna, compte tenu de l’efficacité moins élevée des premiers. En effet, les données indiquent une réponse supérieure des vaccins à vecteur viral lorsqu’ils sont combinés avec un vaccin à ARN messager. La dose de rappel devrait être administrée minimalement 6 mois après la dernière dose reçue.

Les deux premières doses demeurent la priorité

De façon générale, l’efficacité des vaccins contre la COVID-19 est élevée. Il n’y a pas de signe de perte notable de protection au Québec et une dose de rappel n’est pas nécessaire à l’heure actuelle pour la vaste majorité de la population. La priorité est de recevoir les deux premières doses du vaccin.

Articles Liés

  • Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    GO

  • Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    GO

  • Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    GO

  • Sophie Fontanel pose nue et reçoit des milliers de « Merci »

    Sophie Fontanel pose nue et reçoit des milliers de « Merci »

    GO