Les Québécois pourront danser dans les bars à compter du 15 novembre

Les tenanciers et les propriétaires devront toutefois continuer de s’assurer que leurs clients montrent leur passeport vaccinal à l’entrée.

Le port du masque sera aussi obligatoire partout dans les bars et les restaurants, sauf au moment de boire et manger, a précisé le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Pour les activités de karaoké, la personne qui chante devra porter un couvre-visage si elle ne peut se placer à une distance d'au moins deux mètres des musiciens, des autres chanteurs et des spectateurs ou derrière une barrière physique.

Les assouplissements concernant les bars et les restaurants s’appliqueront également aux casinos et aux maisons de jeux.

Depuis lundi, les bars et les restaurants du Québec peuvent être remplis au maximum de leur capacité, plutôt qu'à 50 %, et les bars peuvent de nouveau être ouverts jusqu'à 3 h, comme c'était le cas avant la pandémie.

Fini le masque dans les classes au secondaire

À compter du 15 novembre, les élèves du secondaire n'auront plus à porter le masque dans les classes, mais devront le faire dans les aires communes.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Des milliers d’élèves du secondaire n’auront plus à porter un masque en classe à compter du 15 novembre, a aussi annoncé mardi le ministre Dubé, accompagné du directeur national de santé publique Horacio Arruda.

Cette décision s’explique notamment par le fait que 79,3 % des adolescents de 12 à 17 ans sont adéquatement vaccinés, selon des données comptabilisées le 31 octobre par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Seules 23 éclosions actives sont actuellement recensées dans des écoles secondaires.

Le port du masque demeurera toutefois obligatoire lors des déplacements dans l'école, dans les aires communes et dans le transport scolaire.

Les Québécois pourront danser dans les bars à compter du 15 novembre

Les élèves du primaire, qui ne peuvent pas encore être vaccinés, ne seront pas touchés par cet allègement.

Le port du masque par les élèves et le personnel est actuellement obligatoire dans les écoles secondaires de Montréal, de Laval, de la Montérégie, de Lanaudière, des Laurentides, de l'Outaouais, de l'Estrie, de la Mauricie et du Centre-du-Québec, ainsi que dans quelques municipalités régionales de comté de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent.

La consigne sur le télétravail levée

Toujours à compter du 15 novembre, le gouvernement mettra fin à sa consigne aux employeurs de privilégier le télétravail lorsqu'il est possible.

Pour les employeurs et les travailleurs concernés par cette mesure, le retour en présentiel sera possible, mais les formules mixtes permettant la poursuite du télétravail seront recommandées, a précisé le cabinet de Christian Dubé dans un communiqué.

Funérailles, spectacles et autres rassemblements

Il sera également possible de se lever de sa place et de danser dans les lieux de rassemblement publics tels que les salles de spectacle, les lieux de culte, les congrès ou les conférences.

Pour les activités jugées essentielles comme les funérailles, les mariages ou les cérémonies religieuses, la présentation du passeport vaccinal ne sera pas obligatoire. Le port du masque et une distanciation d’au moins un mètre seront exigés. La limite pour les rassemblements intérieurs sera de 250 personnes et de 500 pour les rassemblements extérieurs.

Pour les activités jugées non essentielles (congrès, spectacle, festivals, etc.) la présentation du passeport vaccinal sera exigée, mais le respect d’une distanciation ne sera plus requis et il n’y aura plus de limite de capacité.

Le masque sera toutefois obligatoire à l’intérieur, sauf pour boire et manger.

Des changements pour les activités hivernales

Les usagers devront porter un couvre-visage dans les télécabines fermées des centres de ski alpin et de sports de glisse.

Photo : Radio-Canada / Jean-françois Deschênes

La pratique des sports hivernaux extérieurs comme le ski de fond, le patinage ou le hockey n’est pas visée par le passeport vaccinal.

La limite de capacité des sites doit pouvoir permettre le respect d’une distanciation d'un mètre, explique le communiqué.

Le port du masque demeure bien entendu obligatoire à l’intérieur des chalets de services, des aires de restauration et des cabanes de patins et autres lieux du genre.

Pour ce qui est des centres de ski alpin et de sports de glisse qui exploitent des remonte-pentes, tous les usagers devront porter un couvre-visage (foulard, cache-cou ou cagoules sont acceptés) dans les télécabines fermées.

Dans tous les espaces intérieurs, le port du couvre-visage sera obligatoire, sauf au moment de manger ou de boire.

Il faudra aussi présenter un passeport vaccinal pour accéder aux aires de restauration, aux bars, cafétérias et salles multiusages où il est possible de consommer un repas.

L’obligation de produire un passeport vaccinal pour accéder aux autres bâtiments sera laissée à la discrétion des propriétaires de station.

Il n'y aura plus, toujours à compter du 15 novembre, de limite de participants par plateau pour toutes les activités récréatives et sportives qui se déroulent à l'intérieur, dans la mesure où le passeport vaccinal sera exigé pour y participer.

Le port du couvre-visage demeurera obligatoire lors des déplacements, mais il pourra être retiré pendant les activités physiques intenses.

Dans les gyms, il n'y aura plus de distanciation obligatoire de deux mètres, sauf lorsqu'une personne retire son masque lors d'une activité intense.

À lire aussi :

Articles Liés

  • Eudémonisme : tout savoir sur cette philosophie du bonheur

    Eudémonisme : tout savoir sur cette philosophie du bonheur

    GO

  • Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    GO

  • Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    GO

  • Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    GO