Les effets dévastateurs du COVID-19 sur les familles thaïlandaises les plus pauvres

En avril 2020, le gouvernement thaïlandais a décidé d’emprunter 1 000 milliards de bahts (27 milliards d’euros) pour financer des mesures de santé publique, de protection sociale et de politique fiscale pour relancer l’économie.

Mais selon une enquête effectuée par la Banque Mondiale, 80 % des ménages à faibles revenus ont enregistré une baisse de leurs ressources avec la pandémie de Covid-19.

Les résultats de cette enquête démontrent les conséquences dévastatrices de la crise du Covid-19 en Thaïlande, en particulier sur les ménages les plus pauvres: 60 % des ménages à faible revenu manquent de nourriture et 40 % ont déclaré avoir faim.

70% des ménages ont enregistré une baisse de leurs revenus

L’enquête indique que plus de 70 pour cent des ménages ont connu une baisse de leurs revenus. Malgré l’augmentation du nombre d’emplois dans les zones rurales, les ménages des zones rurales et les groupes à faible revenu ont déclaré que 80 pour cent d’entre eux ont connu une baisse de leurs revenus.

Environ la moitié des personnes travaillant dans des entreprises agricoles et non agricoles ont perdu plus de la moitié de leurs revenus. Cette diminution des revenus a fait presque doubler la proportion de bénéficiaires de l’aide sociale en 2020 par rapport à 2019, couvrant plus de 80 % des ménages.

Le gouvernement thaïlandais a introduit le programme de co-paiement « Let’s Go Halves » pour les entreprises non agricoles, où les acheteurs ne paient que 50 % pour les produits des vendeurs et détaillants participants.

Quant aux ménages agricoles, ils ont bénéficié du programme « No One Left Behind », touchant 80 pour cent d’entre eux, qui a fourni des transferts monétaires mensuels aux travailleurs informels ou indépendants, et le programme similaire d’aide aux agriculteurs, couvrant plus de 63 pour cent d’entre eux.

Les groupe vulnérables supportent un fardeau disproportionné.

Les effets dévastateurs du COVID-19 sur les familles thaïlandaises les plus pauvres

Alors que la quatrième vague de COVID-19 a frappé la Thaïlande en 2021, la reprise au sein des groupes vulnérables s’est ralentie et a supporté un fardeau disproportionné. L’emploi national est resté à un niveau stable de 68% depuis le début de la pandémie, bien qu’il y ait eu des variations entre les régions et les groupes de population.

Alors que l’emploi dans les zones urbaines a diminué, il a augmenté dans les zones rurales, car les personnes qui ont perdu leur emploi dans les villes sont retournées travailler dans l’agriculture.

Cinquante pour cent des emplois des répondants ont été interrompus en raison de COVID-19, allant de pertes d’emplois à une réduction du nombre d’heures de travail et à une baisse des salaires. Cela a affecté de manière significative les individus dans les ménages à faible revenu, les femmes, les individus dans les groupes à faible niveau d’éducation et ceux du Sud. Les femmes mariées et les personnes avec enfants ont également été accablées de tâches de soins pendant la pandémie.

Des taux de vaccination encore lents

Bien que la moitié des répondants aient indiqué qu’il y avait un centre de test COVID-19 dans leur communauté, l’accès et l’utilisation de ces centres de test sont toujours limités car seulement 16% des répondants ont été testés.

La plupart des gens savent et savent qu’il existe un vaccin COVID-19 et savent où se le procurer, cependant, les taux de vaccination sont encore lents. De plus, l’hésitation à la vaccination est élevée parmi les groupes à faible niveau d’éducation et à faible revenu, ainsi que chez les jeunes. Cette hésitation est motivée par la préoccupation des effets secondaires des vaccins.

Un défi pour l’éducation des enfants

La pandémie continue d’être un défi pour l’éducation des enfants. Quatre-vingt-dix pour cent des ménages avaient des enfants d’âge scolaire qui ont fréquenté l’école le semestre dernier, dont la moitié en mode hybride et un quart en personne. Il est important de noter que les proportions étaient plus faibles dans les ménages ruraux et à faible revenu, et ceux du Sud.

Les ménages ont cité les inquiétudes concernant la contamination par le virus, le manque de moyens financiers et le manque de préparation à l’école parmi les principales raisons de ne pas envoyer leurs enfants à l’école. Plus de la moitié des ménages ont signalé que les enfants ont rencontré des difficultés d’apprentissage pendant ces périodes en raison de l’incapacité de se concentrer sans la supervision d’un adulte et du manque d’accès aux appareils d’apprentissage.

De plus, étant donné que les appareils d’apprentissage et la connexion Internet jouent un rôle important dans l’apprentissage à distance, les enfants des ménages à faible revenu et ruraux peuvent être confrontés à des défis éducatifs plus importants. Cet effet négatif sur le capital humain peut contribuer à la pauvreté et aux inégalités à long terme.

Face aux défis posés par la pandémie, une politique inclusive axée sur les groupes vulnérables devrait être prioritaire en Thaïlande. En plus de cela, la couverture vaccinale et les interventions de communication sur la santé devraient être améliorées pour permettre aux individus de vivre leur vie plus près de la normale. Avec cette approche politique, la Thaïlande pourrait, espérons-le, récupérer rapidement et être en mesure de relancer la lutte contre la pauvreté.

Source: World Bank

4200

A propos de cet auteur

NBH
Nadia Belhaj Hassine Belghith
TA
Tanida Arayavecchkit
Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Articles à lire sur le même sujet

Articles Liés

  • Eudémonisme : tout savoir sur cette philosophie du bonheur

    Eudémonisme : tout savoir sur cette philosophie du bonheur

    GO

  • Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    GO

  • Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    GO

  • Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    GO