+ 884-719-8129
vkling@runolfsson.com

Les sages-femmes de la clinique Rive Gauche de Toulouse maintiennent leur grève

Le mouvement de protestation se poursuit à la maternité de la clinique Rive Gauche. Depuis mercredi matin, les sages-femmes de l'établissement sont en grève pour demander des revalorisations salariales. En leur absence, la clinique a fermé ses blocs obstétricaux et n'est plus en mesure d'assurer les accouchements. Une dizaine de transferts vers d'autres hôpitaux et cliniques ont donc eu lieu depuis mercredi, en lien avec le Samu 31 et le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Toulouse et en coordination avec l'Agence régionale de santé (ARS Occitanie).

A lire aussi :Grève des sages-femmes : pas d'accouchement à la maternité de la clinique Rive Gauche à Toulouse

"Un dispositif a été mis en place à trois niveaux : la clinique Rive Gauche maintient des consultations, un médecin gynécologue obstétricien de la clinique est d'astreinte pour aller renforcer les équipes du CHU si nécessaire (a minima il fait le lien par téléphone sur le dossier des parturientes) et enfin, le centre 15 (Samu 31) se charge de la régulation lorsqu'il y a des transferts. Nous sommes tous les jours en lien avec les autres maternités périphériques pour connaître les places disponibles. Tous les acteurs jouent le jeu avec une importante solidarité pour maintenir la continuité des soins et une prise en charge en toute sécurité", détaille Thierry Cardouat, directeur départemental Haute-Garonne de l'ARS Occitanie. Ce dispositif est maintenu jusqu'à nouvel ordre, probablement tout le week-end.

"Nous avons quitté la réunion"

Car, du côté des grévistes, l'heure n'est pas à l'apaisement. "Nous avons rencontré la direction de la clinique jeudi et nous avons quitté la salle. Aucun autre rendez-vous n'est programmé pour l'instant, aucune proposition ne nous a été faite, nous poursuivons notre mouvement", résume ce vendredi 14 janvier une sage-femme gréviste.

Les sages-femmes de la clinique Rive Gauche de Toulouse maintiennent leur grève

Contactée, la direction de la clinique Rive Gauche n'a pas souhaité en dire plus que l'information officielle, en espérant sortir rapidement du conflit. "Le bloc obstétrical reste fermé jusqu'à nouvel ordre. Un partenariat avec le CHU de Toulouse est en place. La solidarité territoriale est très forte et remarquable en cette période d'épidémie de Covid-19", déclare Olivier Geoffroy, le directeur de la clinique Rive Gauche. Ce dernier précise: "L'information sur les réseaux sociaux a bien fonctionné, les futures mamans sont averties".

Ce vendredi, la maternité de l'hôpital Paule-de-Viguier (CHU de Toulouse) a ainsi accueilli quatre parturientes. "Nous avons eu de la chance, la journée a été plus calme que d'habitude donc nous avons pu absorber ces patientes sans difficulté", assure le Dr Paul Guerby, responsable de la maternité Paule-de-Viguier. Les équipes hospitalières, déjà très sollicitées et affaiblies par l'épidémie de Covid-19, restent inquiètes sur ce surcroît d'activité, d'autant qu'il concerne la deuxième maternité du département (Rive Gauche assure 3800 accouchements par an, Paule-de-Viguier 5000).

Articles Liés

  • Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    Effets de l’huile de palme sur la santé : quels dangers ?

    GO

  • Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    Obligation vaccinale à Lourdes : l'employée d'un centre de dialyse déboutée

    GO

  • Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    Charlotte, étudiante sage-femme : "On est très vite en autonomie"

    GO

  • Sophie Fontanel pose nue et reçoit des milliers de « Merci »

    Sophie Fontanel pose nue et reçoit des milliers de « Merci »

    GO